Notes from Coline

Notes from Coline

Un doux pardon.

Auteur : Lori Nelson Spielman

Éditeur : Cherche Midi / Pocket (2016)

Collection : -

Parution : 07 mai 2015

Pages : 448

ISBN : 9782749143354

 

 

un doux pardon couverture.jpg

 

 

 

 

Quatrième de couverture

    Hannah Farr est une personnalité en vue de La Nouvelle-Orléans. Animatrice télé, son émission quotidienne « The Hannah Farr Show » est suivie par des milliers de fans. Côté cœur, elle file depuis deux ans le parfait amour avec Michael Payne, le maire de la ville. Mais sa vie toute tracée va être bousculée par deux petites pierres…
Ces « pierres du Pardon » connaissent un immense succès aux États-Unis. Le concept est simple : si vous avez quelque chose à vous faire pardonner, il suffit d’envoyer une lettre d’excuses à la personne que vous avez blessée, accompagnée de deux pierres. Si cette dernière accepte vos excuses, elle vous renvoie l’une des deux pierres.
Bien inoffensives à première vue, celles-ci vont toutefois forcer Hannah à replonger dans son passé, celui-là même qu’elle avait soigneusement mis de côté depuis de nombreuses années, et toutes les certitudes de sa vie vont être balayées comme un château de cartes…
Est-il encore temps de changer le destin ?

 

Mon avis

      Je crois que ce n’est pas plus la couverture, respirant la légèreté, que le titre de cet ouvrage qui m’a attiré. « Un doux pardon ». Les termes ont résonné. Je me suis arrêtée sur la quatrième de couverture qui m’a un peu moins emballée. Suivre la vie parfaite d’une animatrice de télé ? Pourquoi pas, au pire ça ne sera qu’une lecture distrayante, au mieux j’aurais eu raison de suivre mon instinct.

Une traversée en mer de 6 heures m’attendait cet été. Une très bonne occasion pour prendre le temps de rencontrer Hannah. J’ai découvert sa vie d’animatrice télé qui commençait à être en danger. Je suis restée de marbre face à ce début d’histoire. Des vedettes de télé plus assez fraiches pour rester à l’écran, on y a le droit un peu tous les jours sur nos chaines. Je ne m’attachais donc pas à Hannah.
J’attendais pourtant quelque chose de ce livre alors je l’ai posé quelques jours et je l’ai repris.
Comme j’ai bien fait ! Au fil des chapitres l’auteur nous dévoile les différentes facettes de la vie d’Hannah ; les personnes qui l’entourent ou qui l’ont entourée, son métier, sa vie sentimentale, ses doutes, ses espoirs. J’ai fini par m’attacher à Hannah. Elle m’a touchée, surprise, parfois même exaspérée. C’est un personnage qui pourrait être la bonne copine que l’on a parfois envie de secouer pour qu’elle ouvre les yeux sur sa vie sentimentale et sa naïveté professionnelle, de soutenir quand elle a besoin de révéler son secret, de faire taire pour la protéger…
Heureusement, des personnages très proches d’Hannah seront là pour la guider. Je pense tout particulièrement à Dorothy qui est aveugle mais très certainement la plus clairvoyante de toutes.
Vous l’aurez compris, j’ai été très investie dans cette lecture.
Il faut dire que cette histoire de demande de pardon et de relation mère-fille me touche très personnellement.

Je tiens à féliciter l’auteure, tout particulièrement pour un de ses derniers chapitres (sans vous spoiler !) où l’on croise comme un dernier salut, un bilan,  presque l’ensemble des personnages de l’histoire. C’est la toute première fois que je trouve cette situation dans un roman et j’ai vraiment apprécié cette image.

Si ce livre n’est pas le livre du siècle, il aura réellement réussi à me tirer une larme et c’est ce que je recherche dans mes lectures. Être touchée. J’ai donc eu raison de suivre mon instinct car à partir d’une histoire de pierres du pardon, de prime abord totalement futile, l’auteur arrive à nous faire nous questionner sur notre vision du pardon sans jamais nous miner. « Un doux pardon » est en effet un fell-good book !

 N’ayant jamais lu le premier livre de Lori Nelson Spielman, « Demain est un autre jour », il est évident que je me laisserai tenter !

Comme je suis une lectrice qui ne sait pas lire sans prendre de notes, je vous laisse avec deux citations de ce livre et je vous dit à très vite !



« Ce n’est pas le mensonge qui nous détruit. Ce sont les efforts qu’on fait pour les dissimuler. »
« Les excuses n’effacent jamais les mensonges. C’est comme si on les rayait, plutôt. On a toujours conscience que l’erreur est là, juste sous la ligne noire qu’on a tracée. Et si on la cherche bien, on peut encore la lire. Mais au fil du temps, nos yeux finissent par regarder au-delà de l’erreur, on ne voit plus que le nouveau message, bien plus clair, rédigé avec beaucoup plus d’attention. »

 

Coline Nelson.



12/09/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres