Notes from Coline

Notes from Coline

[Série] Elements tome 1 : The air he breathes

couv40778032.jpg

 

Auteur : Brittainy C. Cherry

Éditeur : Hugo et compagnie

Collection : New Romance

Parution : 2016

Pages : 422

ISBN : 2755623829

 

 

 

Quatrième de couverture

     Tristan et Elizabeth sont voisins, ils n'ont rien en commun à part leur passé douloureux. Elle a choisi de continuer à vivre ne serait-ce que pour sa petite fille Emma. Il a choisi de s'extraire du monde. Mais Elizabeth ne l'entend pas de cette façon. Elle sait qu'ils sont tous les deux en miettes et qu'ensemble ils seront plus forts pour affronter leurs fantômes. C'est sans compter avec toutes les embûches que les habitants de leur petite ville vont mettre sur leur route. Ensemble, ils sauront vaincre les idées reçues.

 

 

Mon avis

     Dans ce roman nous allons à la rencontre de Tristan et d’Elizabeth, Liz pour les intimes. Je viens de partager quelques années de sa vie, je crois qu’elle ne m’en voudra pas si je l’appelle Liz. Ces deux personnages ont respectivement rencontré la plus dure épreuve qu’il soit. Tristan a perdu sa femme et son fils dans un accident et le mari de Liz est lui aussi décédé, la laissant seule avec Emma leur petite fille de 5 ans. Il est évident que lorsque leurs chemins vont se croiser, ces deux-là ne pourront que se comprendre. Bien que leur rencontre soit difficile, Liz saura voir en Tristan tout ce qui échappera aux commères. C’est ensemble qu’ils essayeront de se reconstruire en faisant revivre leurs amours respectives par le souvenir.

 

En arrivant à la page 150, j’ai posé le livre en me demandant ce que je pourrais bien savoir de plus. Tout semblait déjà mis en place pour que chacun puisse reprendre sa vie. Il me restait 300 pages. J’ai persévéré ; l’auteure ne pouvait pas délayer en autant de lignes. Comme j’ai bien fait ! Je pense que c’est le livre qui m’a le plus surprise dans ses rebondissements. Il s’avère que Liz et Tristan sont bien plus liés qu’ils ne peuvent l’imaginer. Que nous ne pouvons l’imaginer… J’ai trouvé que ce rebondissement était un réel coup de génie venant de l’auteur, et moi qui pensais être chamboulée tout au long du livre, c’est précisément à cette révélation que ma gorge s’est serrée et qu’une larme a coulé. Mon top ten des livres qui m’ont fait pleurer peut donc être changé…
La fin du roman est une succession de surprises qui parfois vont peut-être trop loin, mais il est indéniable que ce roman ne peut pas laisser indifférents ceux qui le lisent en entier.

J’ai repéré ce livre alors que je n’allais pas du tout faire des emplettes livresques. Il était en tête de gondole et son titre, sa couverture et 4ème de couverture m’ont persuadée que cette lecture était faite pour moi. Il semblait que tout était réuni pour ressentir la fragilité des personnages, et vous commencez à savoir que c’est ce que je préfère. Si je me suis effectivement attachée à Liz et à sa façon de croire en la vie, à Tristan qui, quant à lui, fait tout pour échapper à la vie, à Emma qui avec ses yeux d’enfants fait revivre son papa d’une très jolie manière, ce n’est pas la tristesse qui m’a submergée dans ce roman. Je me suis surprise et plus d’une fois à rire aux éclats. C’est tellement rare qu’un livre réussisse cela, qu’il faut que je vous le partage. Les personnages décédés sont présents tout au long du roman. Ils sont décrits avec une telle douceur que cela n’est pas déchirant mais beau. Je pense tout particulièrement au fils de Tristan que l’auteur ne décrit que très peu finalement mais que l’on découvre à travers les tatouages de son papa. Quelle douce idée ! Ce livre dispose d’un éventail d’émotions qui vous effleurent puis vous renversent… Le personnage qui m’a le plus fait rire est évidemment Faye, la meilleure amie de Liz. Une fille crue, qui cache sa sensibilité derrière des histoires d’un soir.

Si le roman est focalisé sur la relation des deux personnages principaux, l’auteure arrive à nous parler de sujets tels que se permettre de refaire sa vie après le décès de son conjoint en faisant face aux  jugements des autres, la « meilleure » façon de vivre son deuil et la capacité à élever un enfant seul(e).

Le prologue est une très belle conclusion qui nous permet de laisser les personnages vivre leur nouvelle vie.

C’est le premier roman à double voix que je lis. Je dois avouer que j’ai adoré cela, c’est peut-être d’ailleurs ce qui le rend particulièrement émouvant. L’écriture de l’auteur, qui nous permet de savoir ce que les personnages pensent sans qu’ils ne s’expriment vraiment, m’a plu également. Cette aptitude à écrire des phrases brèves, parfois de simples listes d’émotions qui trouvent leur contraire deux lignes plus bas donne un tempo à l’histoire qui m’a transporté.


The air he breathes est le premier livre que lis de Brittainy C. Cherry. J’irai probablement à la découverte de ses premiers romans mais il est certain que je continuerai la série Elements.

Comme je suis une lectrice qui ne sait pas lire sans annoter, je vous laisse avec quelques citations et je vous dis à très vite !

 

"Ce qu’il y a de plus dur quand vous perdez quelqu’un que vous aimez, c’est que vous vous perdez aussi vous-même."
"Je reportais toujours tout au lendemain. Je pensais que j’avais le temps, mais parfois le lendemain ne vient jamais et il ne te reste plus que les souvenirs d’hier."
"Tu connais ce lieu situé juste à la frontière entre le rêve et le cauchemar ? Ce lieu où demain n’arrive jamais et où hier ne fait pas souffrir ! Le lieu où ton cœur bat à l’unisson avec le mien ? Où le temps n’existe pas et où il est facile de respirer ? C’est là que je veux vivre avec toi."

 

Coline Nelson.

 

 

 



23/09/2016
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres