Notes from Coline

Notes from Coline

Livres


Les derniers jours de Rabbit Hayes

 

Auteure : Anna McPartlin

Editeur : Le cherche Midi / Pocket

Année : 2016

 

Quatrième de couverture

 

 

Neuf jours. C’est ce qu’il reste à vivre à Mia Hayes, surnommée affectueusement « Rabbit ». Neuf jours, après plusieurs mois de combat – parce que Rabbit est une battante, une Irlandaise bien trempée.

À son chevet, famille et proches se relaient en un joyeux ballet de souvenirs. Entre silences, gaffes et fous rires, toute la vie de Rabbit ressurgit alors : l’enfance, l’adolescence, Johnny son grand amour, et Juliet, sa fille de 12 ans – une certaine idée du bonheur… Au fil des jours, tous s’interrogent sur leur vie et accompagnent Rabbit dans un voyage émotionnel d’une grande intensité. Quel meilleur bagage pour partir vers la lumière ?

 


Mon avis

 


Lors de mon swap, j’ai reçu « Les derniers jours de Rabbit Hayes ». J’étais attirée par cette histoire depuis quelques mois maintenant. Vous me connaissez, les histoires tristes à en pleurer, c’est très souvent tout le temps ce que je recherche. La différence avec celui-ci c’est qu’habituellement on peut être surpris par la mort d’un personnage ou par l’apparition d’une maladie. En achetant ce livre, on le sait. "Les derniers jours de Rabbit Hayes". Rabbit va mourir. Je crois que ce qui m’attirait face à cette couverture c’était de savoir si en connaissant l’issue dès le début, je pourrais être étonnée, être touchée. J’ai eu ma réponse.

 

Lorsque l’on tourne les pages de ce roman, on ne cherche pas à savoir si Rabbit s’en sortira. On essaie de comprendre comment elle va réagir face à ses derniers jours qui défilent. Comment peut-elle garder de l’optimisme, de la volonté puis de la sérénité ? Comment ses parents vont-ils accepter le fait d’enterrer leur enfant, alors que la force des choses voudrait l’inverse ? Comment Grace et Davey vont-ils réagir face à la diminution de leur petite sœur ? Comment Juliet aura-t-elle la force, à 12 ans, d’encaisser que sa maman s’en aille à jamais ?

 

J’ai pleuré. J’ai pleuré à grosses et chaudes larmes. J’ai pleuré à plusieurs reprises. Ce sujet, qui est l’un des plus difficiles, est traité avec une telle douceur, une telle intelligence, une telle réalité. L’auteure est, pour moi, l’une des meilleures de sa génération. Elle dépeint ses personnages avec une incroyable authenticité. Une précision parfaite. J’avais l’impression de connaitre la famille Hayes depuis longtemps déjà et d’accompagner chaque membre dans son cheminement face à l’acceptation. Je crois que chaque comportement est dépeint devant une telle situation. Il y a ceux qui refusent l’inévitable et qui tentent tout et son contraire pour essayer de faire survivre Rabbit, ceux qui ont décidé d’accepter et de l’accompagner, ceux qui se rassurent dans la prière, ceux qui ne veulent pas en entendre parler face à une telle injustice. Il y a ceux qui se questionnent sur l’après, ceux qui se focalisent sur l’instant présent et ceux qui se perdent dans le réconfort des bons moments passés.

 

Ces moments passés qui nous font découvrir le personnage de Johnny, le grand amour de Rabbit. Cet homme, bien qu’appartenant au passé, dégage une puissance incroyable dans la vie de Rabbit et influence sa manière de l'organiser, jusqu’à sa mort. L’histoire de Johnny et Rabbit est belle et d’une poésie incroyable de la première à la dernière page.

 

 

J’ai pris le temps de lire ce roman. Je l’ai à la fois dévoré lorsque je l’ouvrais et à la fois savouré en le posant à chaque moment crucial. J’avais besoin de le digérer, de le réfléchir, de le faire durer. Je n’avais pas envie que cette histoire se termine, je voulais juste être là, propulsée près de la famille Hayes encore et encore, afin de ressentir cette furieuse envie de vivre que chaque personnage dégage. Parce que oui, j’ai pleuré, mais qu’est-ce que j’ai pu rire et m’attendrir !

 

Ce livre bouscule toutes mes listes de préférence et entre dans mes coups de cœur.

 

Pour essayer de vous convaincre encore un peu plus, et parce que je suis une lectrice qui ne sait pas lire sans crayon, je voua laisse avec une citation, et je vous dis à très vite!


" -Donc, dans ma tête, on vivra heureux pour toujours au pays des fées.

[...]Et dans la tienne, ce sont ces moments-ci, ici et maintenant, qui dureront à jamais."




Coline Nelson.

 


18/04/2017
0 Poster un commentaire

[La Kube] On s'y fera

Ma petite soeur commence à retrouver goût à le lecture. Pour Noël je souhaitais donc l'encourager dans ce sens, le souci étant qu'avec notre différence d'âge je ne savais pas du tout vers quoi me tourner. J'ai donc décidé de tenter l'aventure d'une box. Je me suis tournée vers le site "La Kube", à cela deux raisons : le livre est personnalisé à la demande, et il me semble que le prix est l'un des plus attractifs. J'ai donc renseigné les passions de ma petite soeur et spécifié deux ou trois détails sur sa vie de lectrice avant de recevoir le tout et de lui l'offrir.
Visiblement, la demoiselle était contente.

Ce qui est encore plus certain c'est que finalement, ça me tentait bien aussi moi cette petite affaire. Alors j'ai prolongé l'abonnement et cette fois j'ai fait une commande pour moi. Mon message était le suivant : "Trouvez-moi le livre qui me fera pleurer. Le personnage principal de ce livre doit traverser une épreuve et évoluer en conséquence." -OuiMoiEtMesThèmesToujoursGaies-
J'avais également précisé que mon livre pouvait être français tout comme étranger que j'avais peut-être même une préférence pour découvrir une littérature étrangère.

J'ai attendu quelques semaines et voilà ce qui a été déposé dans ma boite aux lettres.

 

 

 

 

- Un petit mot de la libraire, qui a fait le choix de mon livre, sur son métier,

- Une préface contenant un petit message de l'équipe, un rituel de lecture, la chronique d'un livre, les coups de coeur des libraires, un éditeur invité et l'actualité littéraire. Je trouve ce document rondement bien mené, efficace et intéressant 

- Un sachet de "thé magique" : thé vert au parfum de citronnelle, notes de bleuet et de rose,

- Une bougie à la vanille,

- Trois jolis pin's

- Une carte et un marque-page (absent de ma photo),

- Un dossier illustré sur Alexandre Grothendieck (si vous me dites que vous ne connaissez pas de prime abord, ça me rassure un peu. Merci! Mais c'est aussi fait pour ça, les dossiers : découvrir!)

- LE livre, je vous détaille mon avis sur le livre avant de vous faire un bilan sur mon expérience avec la Kube.

 

 

 

 

Titre : On s'y fera

Auteure : Zoyâ Pirzâd

Editeur : Le livre de poche
Année d'édition : 2007
Nombre de pages : 317

ISBN : 978-2-253-12446-7

 

 

Quatrième de couverture  

 

A travers le destin d'Arezou, une femme iranienne, active et divorcée, écartelée entre sa mère et sa fille, trois générations s'affrontent dans un monde où règnent depuis longtemps les interdits et le non-dit. On la suit au bord du rire ou des larmes, espérant avec elle profiter enfin d'une certaine beauté de la vie. Dans un roman d'une richesse et d'une vigueur exceptionnelles, Zoyâ Pirzâd brosse à la fois le portrait d'une société pleine de contradictions et celui d'une femme passionnante, aussi drôle et attachante qu'une héroïne de Jane Austen.

 

Mon avis 

Dans ce roman, nous suivons le quotidien d'Arezou, en Iran. Ne vous attendez pas à plus. Ne vous attendez pas à de l'extraordinaire. L'intrigue est là. Nous suivons cette jeune femme sur les différents plans de sa vie. Tout d'abord, auprès de sa famille : Mah-Monir, sa maman, Ayeh sa fille et leurs servants. Arezou fait effectivement partie d'une classe sociale aisée. Pour autant, elle a décidé de vivre en étant indépendante. Elle a divorcé du papa d'Ayeh qui lui vit à Paris et a repris l'entreprise familiale suite au décès de son père. Elle est donc responsable d'une agence immobilière qui emploie plusieurs personnes dont sa meilleure amie, Shirine. Enfin, nous suivons Arezou sur le plan affectif. Cela va être la trame du livre. Arezou va devoir tenter de faire accepter son envie de vie à deux à son entourage entièrement féminin.

L'immersion dans le monde iranien est totale. Des mots de politesse (madame/monsieur) ou de proximité (ma chère, chérie) sont restés en Persan, dans le texte traduit, et chacun est expliqué dans les premières pages du livres ou en dans le glossaire. Ce qui peut à la fois permettre de se plonger dans cet univers et en même temps gêner quelque peu la lecture. L'inégalité homme/femme se fait ressentir à juste dose. La nourriture typique y est présente à profusion car les scènes se déroulent souvent à table, ce qui est loin de me déplaire! L'irruption de la police des moeurs nous rappelle le contexte. Enfin, l'histoire d'amour est pudique au plus haut point. Non, il n'y aura pas un baiser échangé. Je respecte totalement, mais ça a manqué à la lectrice romantique que je suis.

Les personnages, surtout secondaires, ne sont vraiment pas suffisamment approfondis selon moi. On ne s'y attache donc pas du tout, et l'on se retrouve à se demander "qui peut donc bien être cet individu déjà?". Second point assez troublant, il y a beaucoup de dialogues mais très peu d'indications concernant celui qui lance la discussion. On doit donc parfois deviner quel personnage pourrait tenir tel ou tel propos. C'est peut-être également cela qui fait que l'on ne connait pas vraiment les protagonistes. Enfin, il y a des personnages qui portent le même prénom, et cela n'arrive pas qu'une fois. On a fini de me perdre...


Vous l'aurez compris, je me trouve dans un entre deux quelques peu dérangeant. J'ai aimé le dépaysement et l'ouverture d'une fenêtre sur une autre manière de vivre, que ce livre a pu me procurer. Malheureusement, je ne me suis pas du tout attachée aux personnages, je trouve l'intrigue totalement lisse et la fin que l'on attend est finalement complètement ouverte... J'ai donc appris beaucoup de chose sur le pays mais trop peu sur les personnages. Je ne rejette cependant pas du tout la faute sur l'auteure, je pense juste que je ne suis pas assez experte en littérature étrangère et que je suis installée dans les codes de la littérature française et/ou anglo-saxonne. Ce livre ne m'a donc pas vraiment emballée mais il m'a fait réaliser qu'il est grand temps que je me fasse bousculer par d'autres types de lecture.

Et concernant ma demande Kube? 

Pour les larmes c'est raté. Je n'ai ressenti aucune émotion. Cependant, la protagoniste a bien vécu un changement de vie et doit évoluer en permanence. J'ai également eu la chance de découvrir mon premier livre iranien. Selon moi, le contrat est rempli.

Comme je suis une lectrice qui ne sait pas lire sans prendre de note, je vous laisse avec une citation et je vous dis à très vite!


" J'ai tout d'abord pensé qu'il y avait des choses plus importantes à faire, puis qu'il fallait que j'épouse une femme avec qui parler des grandes questions. J'ai mis du temps à comprendre qu'il n'y a pas de questions plus importantes que la couleur des murs, l'agencement du mobilier, l'emplacement des tableaux, le choix du menu pour le déjeuner ou le diner, et qu'il fallait pouvoir rire de tout ça ensemble."


 


Coline Nelson

 

 


04/04/2017
1 Poster un commentaire

[Swap] Livres et thés

swap1.png

 

Je viens vous partager ma toute nouvelle expérience. Mon tout premier swap.
Ma bonne résolution de 2017 est de faire ce dont j'ai envie et de ne pas me forcer à faire ce que je ne souhaite pas (en fait, en 2017, je deviens une sale gosse ;D)
Vous l'aurez donc compris, réaliser un swap était dans la liste de mes envies!
En m'inscrivant sur livraddict à la naissance de ce blog, j'ai découvert que ce type d'échange autour du livre existait! J'ai donc patienté, observé, je me suis laissé tentée puis j'ai préféré attendre. J'ai tellement bien fait.


Lorsque j'ai vu le swap "Livres et thés" apparaître, il n'y avait aucun doute pour que je me lance dans cette aventure. Vous le savez, la lecture j'aime cela. Hé bien aujourd'hui, vous savez que je m'hydrate à peu près, uniquement à base de thé. Je n'ai jamais (jamais) pu boire de lait et j'ai toujours eu le sentiment que lorsque je buvais du café, je me transformais en Hulk. Je me suis donc très vite tournée vers le thé, les tisanes et autres boissons que certains trouvent sans goût (vous n'avez pas bu les bonnes!). Une dernière petite anecdote concernant le thé avant de passer à ce qui nous intéresse vraiment. Lors de notre première rencontre, mon amoureux m'a offert un thé, dans une tasse si petite que mon sachet n'avait pas de place. Je n'allais pas grogner (il s'agissait quand même bien de le séduire ;D) mais quand il m'a vu me servir des mugs énormes de thé, il a vite compris ma frustration lors de ce premier rendez-vous! On en rit encore aujourd'hui. J'ai une réelle approche sentimentale face à cette boisson. Allez boire un thé, c'est forcément échanger, en recevoir c'est savoir que la personne qui me l'offre me connait.

Je n'ai pas encore décrit le swap que j'ai écrit deux paragraphes. Vous voyez, il était fait pour moi.
Je me suis donc inscrite mais moi, dans ce grand univers de l'internet, je ne connais pas grand monde alors ma binôme a été tirée au sort. Parfois le sort fait bien les choses. Mieux que je ne les aurais fait moi même. J'ai donc fait la découverte des Liaisons livresques et de son blog. nous avons échangé un message, puis deux, puis des informations, des coincidences, des ressemblances. Je vous écris cet article, à chaud, juste après l'ouverture de son colis et je suis vraiment émue lorsque je repense a ce si bel échange humain. On entend chaque jour parler de la violence, de la défiance et de la désinformation qu'il peut y avoir sur internet. Aujourd'hui je viens vous parler d'une jolie histoire, de ces rencontres inattendues que l'on peut y faire et qui ne se seraient peut être jamais réalisées sans cet univers virtuel, qui nous permet parfois de partager de belles émotions.

Le colis devait contenir : 

# Une carte / Lettre 
# 2-3 livres (broché ou poche) de la WL de notre binôme
# 2-3 boites de thé 
# Un marque-page
# Des surprises dont au moins une qui peut servir lors d’un tea time 
# Une gourmandise pour accompagner les tea time prochains

 

Voici le contenu du swap que j'ai reçu :

 

FullSizeRender (5).jpg

 

 

Noël au mois de mars!
Lorsque j'ai vidé le carton que j'ai reçu, j'ai bloqué quelques secondes sur le nombre de paquets étalés là devant moi. Sans même savoir ce qu'ils contenaient, je savais que j'avais la générosité même, déployée sous mes yeux. J'ai été tellement emballée lorsque j'ai vu que ma binôme avait inscrit sur chaque paquet des indices figurant sur l'objet caché derrière son emballage. Je trouve l'idée brillante! Je me suis prise au jeu et j'essayais de deviner ce que pouvait bien être chaque paquet. C'est officiel, je ne suis pas très bonne aux devinettes! Et j'avais une telle envie de tout déballer que certains ont été une réelle surprise malgré les indices!

 


FullSizeRender (6).jpg

 

 

On y va par  catégorie?

 


FullSizeRender (7).jpg

 

 

 

Le swap devait contenir deux ou trois livres, Liaisons livresques a choisi de dépasser tous les attendus avec un quatrième livre surprise. J'étais tellement heureuse et à la fois tellement gênée de recevoir autant. J'ai donc reçu :

* Le goût du bonheur, Tome 2. Je voulais faire du tome 1 mon pavé du mois d'avril, ça ne peut que me motiver davantage.
* Les derniers jours de Rabbit Hayes, sur lequel je m'arrêtais souvent depuis sa sortie. C'était un tel plaisir de le trouver ici!

* Les gens dans l'enveloppe, qui était dans ma WL depuis quelques temps et dont l'envie de l'acheter s'était accrue en découvrant que Liaisons Livresques l'avait chroniqué et visiblement beaucoup aimé! Mon amoureux, qui était là lors de mon déballage de cadeaux, a d'ailleurs louché dessus! Il va falloir que je sois plus rapide que lui, sinon il va découvrir l'histoire avant moi!

* Un jour, je l'avais découvert sur l'un de vos blogs et il était tombé dans ma WL. Vous me connaissez avec mes lectures d'histoires d'amour...

 

J'ai adoré découvrir que deux livres étaient d'occasions. J'aime l'idée qu'un livre ait plusieurs vies. Qu'il se partage, s'échange, se découvre, se discute. Et cela tombe bien car Ma binôme a décidé de m'offrir deux histoires qu'elle avait lu, sur les quatre. Alors de l'échange, il risque encore d'y en avoir! Un nouvelle fois, l'idée est tellement belle!

 


FullSizeRender (8).jpg

 

 

Du thé, du thé, du thé!
* Week-end à Rome : chocolats noir et blanc, caramel et tiramisu. Je suis entrain de le boire lorsque j'écris ces lignes. C'est officiel, j'adore ce thé!
* Rêve de Martinique : thé vert, ananas, mangue, papaye, fruits exotiques. Parfait pour les beaux jours qui arrivent! 

* Thé noir d'Ouzbékistan : Amande et Pistache. La petite boite est magnifique et je la garderai lorsque j'aurai terminé les sachets. Je tiens juste à préciser ce qui est inscrit dessus "En Ouzbékistan le thé est la boisson de l'hospitalité". Autant vous dire, que je suis certaine que ma binôme est douée de cette qualité et je suis donc très heureuse que ce soit elle qui me l'ait offert.

 


FullSizeRender (9).jpg

 

 

Il y a un moment ou il faut dire la vérité. Le chocolat c'est ma vie. Voilà, c'est dit. Lorsque j'ai fait mon rééquilibrage alimentaire c'est vraiment l'aliment qui a été le plus dur à supprimer. Je l'ai fait parce que c'était sur une courte durée et que c'était mon petit challenge personnel mais depuis il est évidemment revenue dans ma petite routine quotidienne. Hmm! Vous avez bien lu. Il ne se passe pas un jour sans que je ne mange un carré de chocolat. Le noir avec les cristaux de sel! Ne me dites pas que vous ne voyez pas de quoi je parle, c'est toujours celui-ci qui est le plus choisi dans les rayons des magasins! Je lui ai rarement fait d'infidélités car je trouve qu'il n'y en a pas un qui le détrône mais je suis hyper heureuse d'en goûter de nouveaux grâce à ce swap et qui plus est, du bio! Nous avons dû tirer au sort avec mon amoureux (impossible de choisir entre du chocolat, du chocolat et du chocolat!), nous avons donc entamé le chocolat noir praliné. Il est plus que validé!

 

Les chocolats reçus sont donc :

* Chocolat noir/praliné

* Chocolat noir/cranberries

* Chocolat noir/ Nougat
Les mélanges sont parfaits, j'aime les cranberries et le nougat! Je vous tiendrai au courant de mon préféré! 

 


FullSizeRender (10).jpg

 

Denières étapes : les surprises!
* Un carnet de la marque Nina And Other Litlle Things. Bien, quand je vous dis que l'on se ressemble, si vous avez déjà vu ce que contenait le swap que j'ai offert à Liaisons Livresques, on en a la preuve par A+B. Haha! Si vous ne l'avez pas encore vu, gardez un oeil ouvert lorsque vous irez! J'ai beaucoup ri en voyant ce carnet si mignon.
* Le marque page est l'un des plus jolis objets que j'ai pu recevoir (et je ne vous parle pas que de ce swap), j'en avais remarqué des semblables sur internet il y a quelques mois et je rêvais de m'en acheter un. Alors quand j'ai découvert cette beauté, on m'a clairement perdue. Ce marque page est fabriqué par un artisan qui exerce près de chez ma binôme et je trouve que cela lui apporte un supplément d'âme. Et regardez bien le détail : c'est une petite théière qui pend le long de mes livres dorénavant. En plein dans le thème! Je ne suis pas prête de le quitter. Moi qui perds toujours mes marque-pages... Ce temps est révolu!

* Un triple-minuteur pour mon temps d'infusion. En ouvrant ce paquet j'ai eu le sentiment que ma binôme vivait avec moi! Mon amoureux a beaucoup ri car je laisse toujours infuser mes thés beaucoup (beaucoup!) trop longtemps. Cela ne pouvait pas mieux tomber! Ce petit objet fait déjà parti de mes habitudes au quotidien.

* Et pour finir, une petite carte si douce et poétique par sa forme mais également par les mots qu'a su trouver Liaisons livresques. Cette jolie carte a trouvé sa place dans mon bureau tout près des livres qui l'accompagnaient.

 

Quand je vois la taille de mon article et ce qu'a pu m'inspirer chaque objet, il n'y a aucun doute que ma binôme ne pouvait pas être plus proche de celle que je suis, à travers un colis. Il est incroyablement personnalisé et donc touchant. Ce tout premier swap m'a permis de découvrir qu'il y a des personnes

douées de générosité au point d'offrir tant de choses à une inconnue. Il m'a permis également de me découvrir un peu plus, j'ai adoré rechercher et  me mettre en quatre pour trouver ce qui pourrait faire plaisir à quelqu'un que l'on connait si peu. Et j'espère réellement que mon colis à pu plaire à Liaisons Livresques même si son message de remerciements me laisse peu de doute =D

Je la remercie encore et encore et j'espère que ce swap ne sera que le début de jolis échanges! J'ai une réelle approche sentimentale face au thé. Je n'oublierai pas ceux que tu m'as offerts, ni ce qui les accompagnait.

Si vous souhaitez voir ce que lui réservait mon colis, c'est par ici!

 

FullSizeRender (12).jpg

 

Et si vous voulez être tenus au courant de mes préférences lorsque j'aurai tout goûté, venez me voir sur Instagram : coline.nelson

 

Je vous dis à très vite!
Coline Nelson



31/03/2017
0 Poster un commentaire

La fille du train

 

La-fille-du-train.jpg

Auteur : Paula Hawkins

Editeur : Pocket/ Sonatine Editions

Date d'édition : Septembre 2016

Pages : 454

ISBN : 978-2-266-25448-9

 

 

Quatrième de couverture

 

Depuis la banlieue où elle habite, Rachel prend le train deux fois par jour pour aller à Londres. Le 8 h 04 le matin, le 17 h 56 l’après-midi. Chaque jour elle est assise à la même place et chaque jour elle observe, lors d’un arrêt, une jolie maison en contrebas de la voie ferrée. Cette maison, elle la connaît par cœur, elle a même donné un nom à ses occupants qu’elle voit derrière la vitre. Pour elle, ils sont Jason et Jess. Un couple qu’elle imagine parfait, heureux, comme Rachel a pu l’être par le passé avec son mari, avant qu’il ne la trompe, avant qu’il ne la quitte. Rien d’exceptionnel, non, juste un couple qui s’aime. Jusqu’à ce matin où Rachel voit un autre homme que Jason à la fenêtre. Que se passe-t-il ? Jess tromperait-elle son mari ? Rachel, bouleversée de voir ainsi son couple modèle risquer de se désintégrer comme le sien, décide d’en savoir plus sur Jess et Jason. Quelques jours plus tard, c’est avec stupeur qu’elle découvre la photo de Jess à la une des journaux. La jeune femme, de son vrai nom Megan Hipwell, a mystérieusement disparu…

 

 

Mon avis

 

J’ai longtemps tourné autour de ce livre. Je savais que je l’achèterai. Je l’ai fait et puis j’ai embêté mon amoureux avec mon envie de le lire. Je l’ai finalement posé pour me consacrer au Cold Winter Challenge… Il y a quelques jours Monsieur a décidé de lire MON livre ! C’était sa petite vengeance ; je lui en ai tellement parlé pour finalement le faire tomber dans ma PAL ! Nous avons donc décidé de commencer notre première lecture commune !


En tournant les pages, nous avons vu un scénario se dérouler sous forme de journal, selon les points de vue de trois jeunes femmes qui peuvent nous faire ressentir de l’empathie, un certain énervement, de l’incompréhension mais rarement de l’attachement, probablement parce qu’elles sont celles que l’on ne souhaite pas devenir. Chacune est en effet dépeinte au travers de ses failles, ses défauts et ses mauvais penchants. La fille du train est donc l’histoire d’obsessions. Celle de Rachel pour un couple dont elle a fantasmé la vie à travers une fenêtre de train, pour cette enquête dans laquelle elle tombe, mais également une pensée obsessionnelle pour son ex-mari pour lequel il lui est impossible de tirer un trait et enfin sa dépendance à l’alcool. C’est d’ailleurs ce qui la rend la narration intéressante. Rachel boit et puis oublie. On  ne peut donc pas faire confiance à l’ensemble de ses souvenirs, et elle n’arrive d’ailleurs visiblement pas à se faire confiance. L’obsession de Mégane, de se sentir vivante, désirable et vraie. Anna et son aveuglement dû à la jalousie, ainsi que la protection de son enfant.

 

Les personnages, qu’ils soient principaux ou secondaires, sont dépeints avec précision et nous découvrons chaque facette les caractérisant au fil des pages comme on peut découvrir une personne au fil des rencontres. Mais les connaissons-nous vraiment ? Se connaissent-ils mutuellement aussi bien qu’ils le pensent ?

Je crois que notre rapidité de lecture est liée au suspense qui demeure dans ce livre. Tout comme Rachel, le lecteur se prend au jeu, cherche à comprendre, tente de trouver la vérité ou au moins quelques liens… Mais rien à faire, quand on se pensait sur la bonne piste, celle-ci nous échappait et de nouvelles questions nous envahissaient !

En plus de nous offrir un(e) coupable inattendu(e), Paula Hawkins nous sert sur un plateau un dénouement grandiose où les rebondissements et les craintes sont plus présents encore !

Un coup de maître !

Comme je suis une lectrice qui ne sait pas lire sans crayon, je vous laisse avec une citation et je vous dis à très vite !

 

« Il me manque chaque jour. Plus que quiconque, je crois. C’est lui le grand vide dans ma vie, le trou au beau milieu de mon âme. Ou peut-être n’en était-il que le commencement. Je ne sais pas. »

 


Coline Nelson.

P.S : Et au cas où je ne vous ai pas convaincus, je laisse l’auteure vous en parler. Allez, allez, ne passez pas à côté !

 


 

 


10/03/2017
0 Poster un commentaire

Toi, vole!

Toi-vole- image.jpgAuteur : Eve Bunting

Parution : 19/01/2006
Éditeur : Syros

ISBN : 2748503147

 

Quatrième de couverture

 

Mon papa et moi habitons un aéroport.
Nous n'avons pas de maison et l'aéroport, c'est mieux que la rue. Mais il ne faut surtout pas se faire prendre...

 

Mon avis

 

Cet album de jeunesse était posé devant moi, sur le bureau, depuis plusieurs heures. J’ai été perdre mes mains et mes yeux dans la bibliothèque qui s’offrait à moi et j’ai trouvé de jolies histoires à raconter aux enfants. A la fin de la journée, une fois les enfants partis, j’ai décidé d’ouvrir ce livre posé devant moi. Sa couverture ne m’attirait pas, le sujet qui semblait découler de son illustration et son titre non plus. L’aviation, mmh…

Quand j’ai refermé cet album de jeunesse, j’ai remercié ma curiosité de ne pas m’avoir laissé partir sans découvrir ce petit trésor. La force de ce livre ne réside pas comme pour beaucoup dans son illustration, dans son histoire merveilleuse ou son dépaysement, mais bien dans son fond, sa réalité, son sujet trop peu abordé auprès d’enfants.

Dans « Toi, vole ! », nous suivons le quotidien d’un enfant et de son papa qui vivent dans un aéroport. On y découvre leurs stratégies pour pouvoir dormir au chaud sans se faire remarquer, leurs heures de marches, et leurs amis qui vivent la même situation qu’eux mais qu’ils ne peuvent approcher afin de rester discrets. L’enfant nous raconte ses nuits dans le bruit et son hygiène dans les toilettes publiques. Jusqu’ici, j’ai été ébahie de voir que l’on abordait enfin un sujet tel que celui-ci dans un livre pour enfant, qui plus est avec des mots simples et des images claires. Mais ce qui rend ce livre unique c’est qu’il parle des SDF autrement, à l’encontre des préjugés. L’auteur a su faire du papa un monsieur tout le monde qui n’arrive juste plus à joindre les deux bouts en fin de mois. Un monsieur tout le monde qui pourrait être toi, moi, ou les parents d’un de ces petits bouts devant moi… Un monsieur tout le monde, un sdf humanisé, loin de la gêne, de la peur ou de quelconques sentiments négatifs que certains peuvent ressentir à leur vue.

Cette histoire peut paraitre défaitiste, elle est pourtant remplie d’amour entre un père et son fils qui se soudent pour sortir de leurs problèmes. C’est également un souffle d’espoir à travers les yeux et l’optimisme de l’enfant qui rêve un jour de pouvoir s’envoler.

En conclusion, Eve Bunting semble savoir aborder des sujets concrets avec justesse et délicatesse auprès des enfants. Les mots sont simples et les comparaisons très poétiques. Je pense donc m’intéresser de très près à cette auteure de littérature jeunesse et ne plus me laisser influencer par les titres en version française car le titre original révèle bien plus la puissance du contenu : « Fly away home ».

 

Parce que je suis une lectrice qui ne sait pas lire sans crayon, je vous laisse avec deux citations et je vous dis à très vite !

 

«  Tout le monde va quelque part, sauf papa et moi. Nous, nous restons. »
« Puis je me souviens de l’oiseau, cela a pris du temps mais un matin une porte s’est ouverte, et quand il s’est envolé, je sais qu’il chantait. »

 

Coline Nelson.


27/02/2017
0 Poster un commentaire