Notes from Coline

Notes from Coline

Moi, Ming

moi ming.jpg

Auteur : Clotilde Bernos

Illustratrice : Nathalie Novi

Éditeur : Rue du monde

Parution : 2002

Pages : 33

ISBN : 2912084628  

 

 

Quatrième de couverture

 

Vaut-il mieux être reine d'Angleterre, général en chef, empereur du monde ou bien Ming, sur les bords du lac Koukonor ? 

 

 

 

Mon avis

 

Pour ne rien vous cacher, je travaille dans le milieu de l’enfance. Je suis donc souvent amenée à découvrir de multiples livres de jeunesse et ceux que je préfère, entre tous, sont les albums. J’ai été récemment touchée par la découverte et la lecture de l’un d’eux, au point de venir vous en parler ici et probablement commencer une catégorie littérature jeunesse.

 

Moi, Ming est un album qui se présente en deux parties.

Il y a tout d’abord une liste éventuelle d'identités qu'aurait pu avoir le narrateur s’il était né ailleurs et surtout « mieux né ». Vous savez, né de ce bon côté de la barrière, dans la peau de personnalités célèbres ou marquantes de notre monde.

 

Vient ensuite la description d’un quotidien serein réellement vécu par Ming, dont on découvre l’identité à retardement d’une façon surprenante.

 

Ce petit album d’une trentaine de pages, transmet un message puissant d’amour, de remise en question existentielle sur l’être et l’avoir, sur les rapports intergénérationnels également. Il ouvre les regards de nos enfants, mais aussi le nôtre, sur l’importance de l’instant, des petits bonheurs de la vie et de l’échange dans un monde avide de pouvoir.

 

Cette histoire m’a permis de découvrir la plume de Clotilde Bernos mais surtout l’univers de l’illustratrice Nathalie Novi qui a un réel talent dans le travail des couleurs. Ses illustrations à la craie grasse sont d’une douceur et d’une poésie exceptionnelle. Ce qui est tout à fait intéressant dans cet album, d’ailleurs, c’est que l’illustration se cantonne au début à une seule page avant de venir nourrir progressivement la double page. Je crois que cela participe à notre voyage dans cet univers. A moins que l’idée est d’appuyer sur le vide de la vie des grands de ce monde ? Ses images apportent en tout cas un contraste humoristique savamment dosé avec l’histoire racontée par le texte.

 

J’ai hâte, vraiment hâte, de recroiser le coup de crayon de Nathalie Novi au détour d’un album.

 

Si vous avez des enfants de 3 à 10 ans, je vous recommande les yeux fermés Moi, Ming.

 

Je vous laisse avec une illustration de cet album, et je vous dis à très vite!

Coline Nelson.

 

 

 

ming_2.jpg



10/11/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres