Notes from Coline

Notes from Coline

Les derniers jours de Rabbit Hayes

 

Auteure : Anna McPartlin

Editeur : Le cherche Midi / Pocket

Année : 2016

 

Quatrième de couverture

 

 

Neuf jours. C’est ce qu’il reste à vivre à Mia Hayes, surnommée affectueusement « Rabbit ». Neuf jours, après plusieurs mois de combat – parce que Rabbit est une battante, une Irlandaise bien trempée.

À son chevet, famille et proches se relaient en un joyeux ballet de souvenirs. Entre silences, gaffes et fous rires, toute la vie de Rabbit ressurgit alors : l’enfance, l’adolescence, Johnny son grand amour, et Juliet, sa fille de 12 ans – une certaine idée du bonheur… Au fil des jours, tous s’interrogent sur leur vie et accompagnent Rabbit dans un voyage émotionnel d’une grande intensité. Quel meilleur bagage pour partir vers la lumière ?

 


Mon avis

 


Lors de mon swap, j’ai reçu « Les derniers jours de Rabbit Hayes ». J’étais attirée par cette histoire depuis quelques mois maintenant. Vous me connaissez, les histoires tristes à en pleurer, c’est très souvent tout le temps ce que je recherche. La différence avec celui-ci c’est qu’habituellement on peut être surpris par la mort d’un personnage ou par l’apparition d’une maladie. En achetant ce livre, on le sait. "Les derniers jours de Rabbit Hayes". Rabbit va mourir. Je crois que ce qui m’attirait face à cette couverture c’était de savoir si en connaissant l’issue dès le début, je pourrais être étonnée, être touchée. J’ai eu ma réponse.

 

Lorsque l’on tourne les pages de ce roman, on ne cherche pas à savoir si Rabbit s’en sortira. On essaie de comprendre comment elle va réagir face à ses derniers jours qui défilent. Comment peut-elle garder de l’optimisme, de la volonté puis de la sérénité ? Comment ses parents vont-ils accepter le fait d’enterrer leur enfant, alors que la force des choses voudrait l’inverse ? Comment Grace et Davey vont-ils réagir face à la diminution de leur petite sœur ? Comment Juliet aura-t-elle la force, à 12 ans, d’encaisser que sa maman s’en aille à jamais ?

 

J’ai pleuré. J’ai pleuré à grosses et chaudes larmes. J’ai pleuré à plusieurs reprises. Ce sujet, qui est l’un des plus difficiles, est traité avec une telle douceur, une telle intelligence, une telle réalité. L’auteure est, pour moi, l’une des meilleures de sa génération. Elle dépeint ses personnages avec une incroyable authenticité. Une précision parfaite. J’avais l’impression de connaitre la famille Hayes depuis longtemps déjà et d’accompagner chaque membre dans son cheminement face à l’acceptation. Je crois que chaque comportement est dépeint devant une telle situation. Il y a ceux qui refusent l’inévitable et qui tentent tout et son contraire pour essayer de faire survivre Rabbit, ceux qui ont décidé d’accepter et de l’accompagner, ceux qui se rassurent dans la prière, ceux qui ne veulent pas en entendre parler face à une telle injustice. Il y a ceux qui se questionnent sur l’après, ceux qui se focalisent sur l’instant présent et ceux qui se perdent dans le réconfort des bons moments passés.

 

Ces moments passés qui nous font découvrir le personnage de Johnny, le grand amour de Rabbit. Cet homme, bien qu’appartenant au passé, dégage une puissance incroyable dans la vie de Rabbit et influence sa manière de l'organiser, jusqu’à sa mort. L’histoire de Johnny et Rabbit est belle et d’une poésie incroyable de la première à la dernière page.

 

 

J’ai pris le temps de lire ce roman. Je l’ai à la fois dévoré lorsque je l’ouvrais et à la fois savouré en le posant à chaque moment crucial. J’avais besoin de le digérer, de le réfléchir, de le faire durer. Je n’avais pas envie que cette histoire se termine, je voulais juste être là, propulsée près de la famille Hayes encore et encore, afin de ressentir cette furieuse envie de vivre que chaque personnage dégage. Parce que oui, j’ai pleuré, mais qu’est-ce que j’ai pu rire et m’attendrir !

 

Ce livre bouscule toutes mes listes de préférence et entre dans mes coups de cœur.

 

Pour essayer de vous convaincre encore un peu plus, et parce que je suis une lectrice qui ne sait pas lire sans crayon, je voua laisse avec une citation, et je vous dis à très vite!


" -Donc, dans ma tête, on vivra heureux pour toujours au pays des fées.

[...]Et dans la tienne, ce sont ces moments-ci, ici et maintenant, qui dureront à jamais."




Coline Nelson.

 



18/04/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres